BIENVENUE
BIENVENUE
BIENVENUE EN NORMANDIE
BIENVENUE EN NORMANDIE

LE CIDRE

ATTENTION IL Y A "CIDRE ET CIDRE" 

L'artisanal des petits producteurs qui produisent un cidre naturel brut ou demi sec et celui des grandes brasseries qui ont tendance à proposer "des cidres de couleurs diverses, donc avec ajout de colorant ,sirop et  CO2 pour multiplier leurs ventes, ce n'est plus du cidre

Le cidre est la boisson alcoolisée la moins calorique. Deux fois moins que le vin. Normal, il titre entre 3° et 5,5°. Moins d'alcool, moins de sucre,le prix ? . Un très bon cidre fermier élaboré dans les règles de l'art, c'est-à-dire avec un assemblage de pommes, des plus douces aux plus amères, cueillies à maturité, pressées en un jus qu'on laisse fermenter une première fois en cuve, puis une deuxième fois en bouteille, sans pasteurisation, bref, un produit bien fait est vendu 2,90 à 3,50 euros la bouteille en moyenne à la propriété.

Histoire du cidre

La petite histoire veut que Calvados provienne du nom de rochers au large d’Arromanches où se serait échoué le ''Salvador'' devenu Calvados au fil de déformations linguistiques, un fier bateau de l’Invincible Armada.
Plus probable, le nom proviendrait plutôt des 2 dos (dorsa en latin, élévation), qui au large des côtes, apparaissaient chauves (calva, en latin) du fait de la faible végétation, servant ainsi de repère aux marin...
Qui parle de la Normandie pense immédiatement à son paysage riche en pommiers. Mais personne ne sait véritablement pourquoi il y en a tant en Normandie... Les Gaulois disent que la belle Thétis, (Friga), jalouse de ce que lors de ses noces Vénus (Siofne), eût remporté la pomme qui était le prix de la beauté, sans qu'on l'ait mise seulement dans la concurrence des 3 déesses, résolut de se venger. Un jour que Vénus, descendue sur cette partie du rivage des Gaules, cherchait des perles pour se parer, et des coquillages appelés manches de couteau pour son fils Sifionne, un Triton lui déroba sa pomme, qu'elle avait mise sur un rocher, et la porta à la déesse des mers. Aussitôt Thétis sema les pépins dans les campagnes voisines, afin de perpétuer le souvenir de sa vengeance et de son triomphe. Voilà, disent les Gaulois-Celtiques, la cause du grand nombre de pommiers qui croissent dans leur pays, et de la beauté singulière de leurs filles...
Le pommier aurait existé dans la région à l’état sauvage sous le nom de doucin. On sème des pépins, on améliore le greffage puis les pommiers sont plantés par champs entiers. Si quelques textes attestent de présence de pommiers, fabrication et consommation de cidre en Normandie au XIIe siècle, d’autres attribuent l’introduction du ''sydre'' à des navigateurs d’origine espagnole, dès le VIe siècle. Néanmoins l’invention de la presse au XIIIe siècle est à l’origine de l’essor de la production cidrière Normande. Les mentions normandes les plus anciennes d’élaboration de Calvados semblent, se trouver dans le journal du sire Gilles de Gouberville, agronome et gastronome résidant à Mesnil-au-Val, dans la Manche, lequel en présence de son hôte François le Tourangeau, fit fabriquer en 1553 des alambics en verre et des ''trillys'' de fer pour les supporter, des pots et des fourneaux afin de distiller les ''eauez''.
Le cidre se substitut à la cervoise en Normandie et prend son plein essor au XVIe alors que Guillaume Dursus venu d’Espagne introduit en vallée d'Auge de nouvelles variétés de pommes et contribue à l'amélioration des techniques de fermentation. Le cidre alors à la mode devient une boisson appréciée des souverains français. François 1er le goûte et l’apprécie. En 1588, Julien Le Paulmier, médecin de Charles IX et Henri III publie un premier traité ''De vino et Pomaceo'' dans lequel il placet cette boisson au-dessus du vin et lui prête des vertus médicatives. Plus tard au XVIIIe, Louis XVI sera très grand amateur de cidre du Pays d'Auge. 

Au XIe siècle, le cidre coulait dans les bolées ''normandes''...
Tout l’art du cidrier tient dans l’assemblage des diverses variétés de pommes qui donneront le cidre : 2/3 de pommes acides, douces-amères et aigres, 1/3 de pommes douces, récoltées à maturité, triées, broyées, puis portées au pressoir. Ce moût va fermenter 1 mois durant, période au cours de laquelle il sera, comme le vin, clarifié à plusieurs reprises.
Parmi les meilleurs, ceux de Valognes et surtout de Cambremer en pays d’Auge, légèrement troubles certes, mais d’une saveur incomparable!


Cette photo de Village de Poul-Fetan est fournie gracieusement par TripAdvisor

Le cidre vient de la pomme à cidre, la pomme du pommier à cidre

Paradis d'autrefois, Paradis d'aujourd'hui, lorsque les pommiers en fleurs essaiment leurs pétales blancs et roses au-dessus des vertes prairies de Normandie, de Bretagne, partout où pousse l'arbre des temps bienheureux. Au cours des siècles, nous la suivons cette tradition du Cidre; en Gaule, où Pleine, le naturaliste latin, étudie les variétés de pommes ; sous Charlemagne qui, tel un Ministre de l'Education Nationale, ordonne dans ses Capitulaires la création de cours à cet égard.

QUI dit fabrication dit, malheureusement, impôt ; il en est ainsi à Caen où, dès 1422, le Roi d'Angleterre ne manque pas de prélever 4 sols sur chaque queue de cidre.

C'était le temps des Vaux de Vire et d'Ollivier Basselin :
Lepaulmier, le plus célèbre des médecins de Paris au XVIe siècle, écrit : « Le cidre n'est pas seulement une boisson excellente, il se digère mieux que le vin et la bière. Nous avons expérimenté en la curation d'une infinité de mélancoliques, d'hypocondriaques et en nous-même quelle est l'efficace du cidre

LA SCIENCE AU SERVICE DU BON CIDRE

Ainsi va le cidre à travers les âges ; mais au siècle dernier, ses vertus jusqu'alors empiriques se précisent et deviennent des vérités scientifiques grâce à de savants travaux à la base desquels, là comme ailleurs, on trouve le grand nom de Pasteur. C'est à ses recherches, notamment, que l'on doit les améliorations considérables apportées dans la fabrication, les soins de conservation, et le cidre d'aujourd'hui n'a qu'un rapport très lointain avec le cidre d'autrefois. La sélection des fruits et celle non moins importante des levures donnent des cidres parfaits, d'une composition constante, se conservant sans s'acétifier et transportables sans crainte d'altération, en sorte que la consommation en est devenue universelle.

LE CIDRE, LE TOURISME ET LA GASTRONOMIE

Pas de gourmet qui, à Colmar, ne déguste une choucroute sans vin d'Alsace ; à Nantes, un brochet au beurre blanc sans muscadet ; à Caen, des tripes sans une bollée de cidre. Faites comme eux, amis touristes, et lorsque traversant les régions cidricoles, riantes vallées de Normandie ou sites pittoresques de Bretagne, vous aurez, suivant la saison, admiré les beaux pommiers couverts de fleurs ou croulant sous le poids des fruits mûrs, entonnez un hymne à Pomone et demandez à votre hôtelier du cidre, du vrai cidre, du bon cidre. II vous réconfortera en apaisant agréablement votre soif ; à travers son prisme chatoyant la vie vous paraîtra plus belle et vous poursuivrez ensuite votre randonnée d'un coeur joyeux et plus léger.

 

COMMENT BOIRE LE CIDRE ?

La façon la plus simple et la plus rationnelle de le conserver, c'est de le mettre en bouteilles ; cette opération ne nécessite aucune précaution spéciale, pourvu que la fermentation soit à peu près terminée. Dans le cas contraire, le Cidre, suivant sa densité, devient plus ou moins mousseux ; il convient alors d'employer des bouteilles champenoises en verre renforcé et ficeler les bouchons. Plus la densité est forte, plus le Cidre sera doux et mousseux, mais ne dépassez pas 1015° Baumé, sous peine de faire éclater les bouteilles, et de ne pouvoir les déboucher sans perdre une partie du contenu.

Le Cidre mousseux est une merveille incomparable.

Le Cidre doit être bu frais, mais non glacé

La route du cidre

Pendant votre séjour en Normandie, la Route du Cidre est un itinéraire touristique de 40 kilomètres de routes de campagne pittoresque où le paysage est dominé par de nombreux vergers et où vous dégusterez une grande variété de produits régionaux normands tels que le cidre, le pommeau ou le Calvados.


1 : Cambremer - 2 : Crèvecoeur-en-Auge - 3 : Château de Canon - 4 : Château de Vandeuvre - 5 : Saint-Pierre-sur-Dives - 6 : Livarot -
7 : Bellou - 8 : N.D. de Coursons - 9 : Vimoutiers - 10 : Camembert - 11 : Saint-Germain-de-Livet - 12 : Lisieux - 13 : Château du Breuil -
14 : Pierrefitte-en-Auge - 15 : Saint-Hymer - 16 : Clarbec - 17 : Pont-L'Evêque - 18 : Beaumont-en-Auge -

Les producteurs s’engagent à vous recevoir à la cave, vous faire déguster les produits et vous transmettre la passion de leur métier.